Birmanie, l’ONU salue la libération des deux journalistes de Reuters

Les Nations Unies ont salué la libération mardi des deux journalistes de Reuters, Kyaw Soe Oo et Wa Lone, au Myanmar.

Le Président du Myanmar, Win Myint, a accordé mardi une amnistie aux deux journalistes qui ont été libéré quatre jours après la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse au cours de laquelle le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano leur a été décerné.

Collaborateurs à l’agence de presse Reuters au moment de leur arrestation, à Yangon le 12 décembre 2017, les deux journalistes enquêtaient sur des allégations de violations des droits de l’homme dans l’État de Rakhine, au Myanmar.

« Le Secrétaire général (de l’ONU, António Guterres),  a été très soulagé d’apprendre la nouvelle de la libération de Kyaw Soe Oo et Wa Lone », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, lors d’un point de presse mardi au siège de l’ONU à New York.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a également accueilli la libération des deux journalistes avec satisfaction.

« Je salue la décision de libérer Kyaw Soe Oo et Wa Lone. C’est un soulagement pour eux, leurs proches, mais aussi un pas positif pour la liberté de la presse », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, dans un communiqué. 

Laisser un commentaire