Julian Assange. La justice suédoise relance les poursuites pour viol présumé

La justice suédoise annonce, ce lundi 13 mai, la réouverture de l’enquête pour viol qui vise Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks a été arrêté le 11 avril dernier à Londres. La procureure générale de Suède, Eva-Marie Persson, a annoncé lundi la réouverture de l’enquête pour viol contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, espérant le voir comparaître devant un tribunal avant la prescription du crime échéant en 2020. Elle juge désormais réunies les conditions de son extradition. « M. Assange étant incarcéré en Grande-Bretagne, les conditions sont réunies pour demander sa remise (à la Suède) en vertu d’un mandat d’arrêt européen, ce qui n’était pas le cas avant le 11 avril », date de son arrestation par la police britannique à l’ambassade d’Équateur où il était réfugié depuis 2012, explique Eva-Marie Persson. La relance de ces poursuites visant Julian Assange « va lui offrir la chance de se disculper », a réagi le rédacteur en chef de WikiLeaks Kristinn Hranfsson dans un communiqué. À LIRE AUSSI Julian Assange arrêté à Londres : cinq choses à savoir sur le fondateur de WikiLeaks et son organisation Julian Assange n’a jamais voulu échapper à la justice suédoise, a-t-il ajouté, estimant qu’il y avait eu « une pression politique considérable pour rouvrir l’enquête » depuis son arrestation. L’Australien de 47 ans a été arrêté le mois dernier par la police britannique après avoir trouvé refuge pendant sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres pour échapper à l’extradition vers la Suède.

Laisser un commentaire