Le Conseil de sécurité appelle à la tenue d’élections en Libye

Le Conseil de sécurité appelle à la tenue d’élections en Libye
Photo Archives
Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé ce mercredi à la tenue d’élections crédibles, pacifiques et ouvertes en Libye en vue de parvenir à un pays uni et stable, la situation politique et sécuritaire actuelle n’étant pas « tenable ».

Des élections législatives et présidentielle sont prévues le 10 décembre 2018.

Dans une déclaration de sa Présidence, le Conseil de sécurité se félicite, à ce titre, des préparatifs techniques que poursuivent le gouvernement d’entente nationale et les institutions libyennes, dont la Haute commission électorale nationale, en vue de la réussite de la première série d’inscriptions sur les listes électorales.

Le Conseil demande aux États membres d’exhorter tous les Libyens à travailler de façon constructive pour faire en sorte que les conditions voulues pour les élections nationales, sur les plans technique, législatif, politique et de la sécurité, soient mises en place.

Le Conseil demande, en outre, à tous les Libyens d’améliorer le climat dans lequel se dérouleront ces élections, notamment en contribuant dans un esprit constructif à l’unification des institutions militaires et économiques libyennes.

« Il est nécessaire que les États membres cessent de soutenir les institutions parallèles qui prétendent représenter l’autorité légitime mais ne sont pas parties à l’Accord politique libyen », insistent les membres du Conseil dans cette déclaration.

Le Conseil note avec satisfaction que les premières élections municipales depuis 2015 se sont tenues dans le calme dans la ville de Zaouïa, le 12 mai 2018, ce qui marque le début des élections municipales qui auront lieu dans tout le pays.

Enfin, le Conseil se félicite de la dynamique créée par la conférence internationale sur la Libye organisée à Paris, le 29 mai 2018, en présence notamment du Président du Conseil présidentiel libyen, Fayez al-Sarraj, du Président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, du Président du Haut Conseil d’État, Khaled Meshri, et du général Khalifa Haftar, commandant de l’Armée nationale libyenne.

Les membres du Conseil saluent leur engagement, tel qu’énoncé dans la déclaration de Paris, d’œuvrer de « manière constructive » avec l’ONU en vue d’organiser des élections législatives et présidentielle crédibles et pacifiques et d’en respecter les résultats.

Laisser un commentaire