Le nombre de cas d’Ebola en augmentation (OMS)

La semaine dernière, le nombre de cas de la maladie à virus Ebola a nettement augmenté en République démocratique du Congo(RDC), indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son dernier bulletin.

690 décès d’Ebola

Au 2 avril, 1.100 cas confirmés et probables de la maladie à virus Ebola ont été signalés, dont 690 sont décédés. Sur les 1.100 cas signalés, 58% sont des femmes et 29%  des enfants âgés de moins de 18 ans. Le nombre d’agents de santé touchés est passé à 81 (7% du total des cas), dont 27 décès. À ce jour, 338 patients atteints de la maladie à virus Ebola qui ont reçu des soins dans des centres de traitement Ebola, ont été libérés.

L’augmentation du nombre de cas d’Ebola cette semaine met en évidence l’environnement complexe dans lequel l’épidémie évolue, ainsi que la multitude de défis auxquels la riposte doit faire face au quotidien. Une approche holistique impliquant la mise en œuvre rigoureuse de mesures éprouvées pour rompre les chaînes de transmission, un suivi minutieux des contrats, la vaccination continue des contacts à haut risque et des efforts persistants en matière de sensibilisation des communautés doivent être poursuivis pour limiter la propagation du virus en RDC.

Soins aux survivants d’Ebola

Dans le cadre d’un programme plus vaste visant à fournir des soins aux survivants d’Ebola et à renforcer les capacités d’intervention locales et durables, un programme et une clinique de formation aux soins oculaires ont été mis au point cette semaine à Beni, grâce aux efforts conjugués de l’OMS, du ministère de la santé congolais et d’une équipe d’ophtalmologistes de l’Université Emory d’Atlanta et de l’Université de Caroline du Nord.

252 survivants de la maladie à virus Ebola ont été dépistés dans la clinique ophtalmologique et 10 ophtalmologistes congolais ont été formés pour fournir des soins ophtalmologiques de niveau supérieur dans leurs communautés. L’équipe a noté que les complications telles que l’uvéite ont des taux inférieurs à ceux observés lors de l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014-2016.

Laisser un commentaire