Vers un contrôle international des sites nucléaires de la Corée du Nord ?

Le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a déclaré lundi que son agence se tenait prête à jouer un rôle dans la vérification du programme nucléaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en cas d’accord.

« L’Agence suit de près les développements liés au programme nucléaire de la République populaire démocratique de Corée. Nous continuons à renforcer notre disposition à jouer un rôle essentiel dans la vérification du programme nucléaire de la RPDC si un accord politique est trouvé entre les pays concernés », a dit M. Amano devant le Conseil des gouverneurs de l’agence onusienne à Vienne.

« L’équipe RPDC au sein du Département des garanties et mon groupe exécutif, qui ont été formés l’année dernière, ont intensifié leurs efforts pour s’assurer que l’Agence sera prête à entreprendre rapidement toutes les activités que nous pourrions être appelés à mener, sous réserve de l’autorisation du Conseil des gouverneurs », a-t-il ajouté.

Le chef de l’AIEA a invité à nouveau la RPDC « à respecter pleinement les obligations qui lui incombent en vertu des résolutions du Conseil de sécurité, à coopérer rapidement avec l’Agence et à résoudre toutes les questions en suspens ».

Le mois dernier, la Corée du Nord a annoncé qu’elle avait démantelé et fermé son site d’essais nucléaires à Punggye-ri, une décision qui a été saluée par le Secrétaire général des Nations unies.

Cela faisait suite à un sommet historique en avril entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et son homologue sud-coréen Moon Jae-in, au cours duquel ils ont signé une déclaration couvrant plusieurs questions, dont l’objectif de réaliser la «dénucléarisation complète» de la péninsule coréenne. Le dirigeant nord-coréen et le Président des Etats-Unis, Donald Trump, doivent également se rencontrer à Singapour la semaine prochaine, où la question nucléaire devrait être à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire